LiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPo Bio et Réflexions | LiPo . |Construire sobre|

Bio et Réflexions

En fait, LiPo c’est en grande partie moi (Philippe VIEUXMAIRE), mais pas que… car je travaille en collaboration quand les besoins s’en ressentent et j‘accueille de passionnants stagiaires quand cela est possible. Aussi, j’ai toujours exercé en « bureau partagé » où l’émulation, les échanges sont précieux (aujourd’hui c’est au bureau partagé « La cabane », au  4 rue de Strasbourg à Chalon-sur-Saône que  LiPo est installé).

Mais LiPo n’est pas que moi non plus, loin s’en faut, car LiPo ne serait pas grand chose sans : ses commanditaires, ses artisans, ses bureaux d’étude… Dans l’idéal, je me plais alors à imaginer LiPo comme une sorte d’entité à géométrie variable, à adapter, à partager, à lier au gré des aventures.

En bref, je suis créateur et seul permanent de la structure. Un des bons cotés est que les rapports restent directs, simples, de la première rencontre à la réception des ouvrages (quand la mission va jusque là).

Pour celles et ceux que cela pourrait intéresser : Je suis d’origine rurale (secteur des milles étangs, au sud des Vosges). D’abord sensibilisé à la nature, j’ai orienté ma scolarité vers l’horticulture depuis le lycée jusqu’à l’obtention d’un BTSA en 1986, puis vers une licence en biologie végétale (Sciences de la vigne) obtenue l’année suivante. Ensuite, mes goûts pour les arts et techniques m’ont conduit au diplôme d’architecte DPLG obtenu à Strasbourg en 1995, avec un thème liant architecture, paysage et viticulture. En parallèle de mes études supérieures j’ai exercé 8 années comme maître d’internat dans des lycées en franche-Comté et en Alsace. Toute cette période de ma vie a alors été très riche en rencontres, expériences et ouverture d’esprit, que ce soit sur la nature, sur les arts, les sciences…

Diplômé en 1995, mes premières années d’architecte furent faites de collaborations dans différentes structures dont les plus formatrices furent les agences Denu/Paradon (67) et  Malcotti/Roussey (70), puis l’Atelier Marc Dauber (71). Entre 2000 et 2010, j’ai été vacataire auprès du CAUE 58 pour apporter des conseils aux particuliers à l’occasion de permanences hebdomadaires tenues dans le sud Nivernais et le Morvan. Depuis 2002 je suis architecte-conseiller à mi-temps au CAUE 70 en parallèle à mon activité libérale. Mes missions « CAUE » sont surtout orientées vers le conseil aux collectivités, pour des projets de bâtiments ou d’aménagements d’espaces publics, et vers le conseil aux particuliers, sensibles aux questions de qualité environnementale du bâti. Depuis le milieu des années 2010, j’interviens également en renfort deux journées mensuelles au CAUE du Jura.

En 2004 j’ai créé LiPo, afin de mettre en pratique les conseils qu’il m’était donné d’apporter en amont, dans mes missions CAUE. Depuis, LiPo a ouvert plus d’une soixantaine de dossiers, dont les plus représentatifs sont succinctement présentés sur le présent site internet.

Mais LiPo n’est pas tout pour moi. J’ai aussi deux grands garçons avec qui je partage des passions et de bons moments. Parmi ces passions, je citerai la musique (pratique de batterie et guitare en groupe), la plongée (apnée, plongée archéo…), le bricolage (bois, jardin, mécanique…) et la « déprogrammation d’obsolescence », la moto, la mobylette, le bon vin…

Voilà. J’arrête là

 

QUELQUES RÉFLEXIONS « LiPo »

–> Ce n’est pas en copiant l’architecture de Mémé, qu’on fera revenir Mémé.

–> L’Homme se distingue en grande partie des autres animaux par son insatiable besoin de se créer des besoins. Un des grands défis de l’architecte, dans nos pays riches au moins, n’est-il pas aussi d’aider cet animal savant à raisonner son instinct ravageur?

–> Lotir, même simplement, est un acte civique, permettant d’offrir la possibilité d’une vie partagée, dans un environnement donné. Ni recette ni moule n’existe pour y parvenir. Seul un travail patient, réfléchi et suivi, peut conduire à une solution adaptée.

–> Construire avec le paysage fait appel à des systèmes d’aller et retour, entre fonctionnement et programme, passé et avenir, intérieur et extérieur, lecture et écriture… C’est le point zigzag de la couturière. L’ouvrage s’en trouve beaucoup plus fort et résistant dans le temps.

–> S’adresser à un magicien, pour connaitre l’avenir de son existence, c’est oublier que la magie de cette existence, est d’en ignorer l’avenir.

–> Un architecte qui ne vise pas le plaisir dans la conception, produit une architecture qui nous ennuie.

–> L’artiste, à mes yeux, n’est que quelqu’un qui, à travers ses « travers », aimerait aider l’autre à s’alléger l’esprit.

 

QUELQUES SÉLECTIONS « LiPo »

–> Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau. [ANAXAGORE]

–> Prenez mes idées, j’en aurai d’autres. [CHANEL]

–> Voir le jour se lever est plus utile que d’écouter la Symphonie Pastorale. [DEBUSSY]

–> A la question : Où aimeriez-vous vivre ? N’importe où, si ce n’est pas trop loin de ceux qui rient des mêmes choses que moi. [DOISNEAU]

–> On reconnaît la grandeur et la valeur d’une nation à la façon dont celle-ci traite ses animaux. [GANDHI]

–> Les grands changements semblent impossibles au début et inévitables à la fin [HUNTER]

–> L’architecture actuelle s’occupe de la maison, de la maison ordinaire et courante pour hommes normaux et courants. Elle laisse tomber les palais. Voilà un signe des temps. [LE CORBUSIER]

–> Les « styles » sont un mensonge. Le style, c’est une unité de principe qui anime toutes les œuvres d’une époque et qui résulte d’un esprit caractérisé. Notre époque fixe chaque jour son style . [LE CORBUSIER]

–> La véritable tradition n’est pas de refaire ce que les autres ont fait, mais de retrouver l’esprit qui a fait les choses belles, et qui en ferait d’autres en d’autres temps. [VALERY]

–> Point de vue du Gras, depuis la fenêtre de Nicéphore Niépce de Saint-Loup-de-Varennes . Cette « citation graphique » à travers la première photo de l’histoire, près de Chalon-sur-Saône, appuie notre vision première de la fenêtre, effacée, simple lien dans le sens intérieur —> extérieur…  ou architecture —> paysage. La beauté intérieur doit être préservée et magnifiée, coûte que coûte…

LiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPoLiPo